Guérison globale

Conseils de guérison

Les conseils suivants sont à l'attention des femmes, des hommes malades, ayant une pathologie importante, c'est à dire durant une étape intense de leur histoire horizontale et verticale, ayant choisi de recouvrer leur santé.

« Vous n'êtes pas guéri, mais en guérison, en convalescence !»

Moralement

  • Ne jamais paniquer.
  • Être attentif à son ressenti émotionnel et à ses rêves (lien vers le site d'interprétation des rêves Epanouissance) afin de déceler le moindre nouveau conflit, et en parler immédiatement, normalement.
  • Ne plus s'identifier aux malheureux (à moins d'avoir décidé de rester malade et de perdre toute efficacité).
  • Ne plus culpabiliser (ne soyez donc plus orgueilleux !). 
  • Éviter de rester seul.
  • Mais choisir son entourage, éviter ceux qui apeurent, dévalorisent, déstabilisent, n'ont pas compris les     principes de la santé.
  • Privilégier tout contact rassurant pour parler de projets ou de tout ce qui va bien.
  • Ne plus se sentir jugé ; l'autre ne parle pas de vous, mais de lui (ne soyez pas orgueilleux).
  • Le régime alimentaire, le traitement, le diagnostic, ont l'importance que vous leur donnez ; vous êtes maître de la guérison.
  • Il n'y a que le conflit qui compte.
  • Toute guérison est un nouvel apprentissage à conséquences émotionnelles et jamais purement intellectuelles.

Privilégier tout repos

  • Tous les soirs faire le bilan de la journée : « N'en ai-je pas trop fait aujourd'hui ? », si oui : repos le lendemain.
  • Refuser l'affrontement avec tout opposant quel qu'il soit, en lui donnant rendez-vous à l'année prochaine, en le mettant face à ses responsabilités, et en lui expliquant : « j'ai besoin de votre aide et non de votre opposition permanente ».
  • Manger sainement une nourriture riche en protéines (comme pour les adolescents qui fabriquent du tissu), sans complexe ni malaise quel que soit le type d'alimentation choisi (approche Kousmine, macrobiotique, instincto, régime omnivore, végétarisme, etc.) ; notre croyance d'avoir une bonne alimentation nous guérit plus certainement que ce qui se trouve dans l'assiette.
  • Se soigner normalement et tranquillement en cas de petit problème.
  • Attendre patiemment le véritable retour à la normale en se servant de tous les moyens possibles de repos, de récupération, et en ne s'étonnant pas des petits ou grands troubles nécessaires à la guérison (fièvre, maux de tête, infection, crise épique, fatigue, hypoglycémie...)

En cas de gros désagrément

- Remède de secours du Dr Bach : élixir floral (préparation à base de plantes et de fleurs) vendu en pharmacie
- Boire peu
- Glace sur la tête
- Tête surélevée

 

Voici d'autres conseils de Michel Moirot, issus de son ouvrage précurseur, Origine des cancers.

  1. Savoir a partir de quel choc, perçu comme irréversible. le symptôme s'est développé [choc, conflit déclenchent]
  2. Etudier dans le passé vers quel âge des stress précis (et des fantasmes y afférant) ont pu amorcer un blocage, un appel au mutisme un repli sur soi suite au sentiment d'avoir été rejeté... [ conflit programmant ; vécu dans l'isolement]
  3. Laisser le malade prendre conscience de l'importance de son émotion-choc, et lui permettre de comprendre comment il réagit évènements par lui sélectionnés...[le ressenti]
  4. Evaluer la capacité qu'a le sujet à fantasmer de façon négative voire culpabilisante sur ce qui lui arrive... [croyance limitante]
  5. Guider le patient vers la responsabilisation de sa vie. Il n'est pas puni par Dieu, la société ou ses propres comportements, juste victime de lui-même, de ses propres affabulations.

« N'attendez pas d'être guéri pour revivre car en vérité c'est la vie elle-même qui vous guérira. »

Dr Philippe Dransart

 Livre Dransart 1                       CD audio Dransart

Pour vous procurer le livre ou le CDaudio cliquez sur l'image correspondante






Dernière modification le 05/04/2012

Conception db-webservice.net motorisé par ZitePlus 0.9.5