Guérison globale

Cancer et dysharmonie

Il existe une relation entre le cancer et la dysharmonie, qui est l'inverse de celle entre la santé et l'harmonie. Cette relation s 'applique au corps physique comme au corps social.

« Lorsqu'une cellule ne jouit pas d'harmonie inté­rieure, même si toutes ses composantes ont les pro­portions justes, cette cellule se comporte d'une façon inharmonieuse et affecte le tout qui la contient. Ainsi, une cellule mal à l'aise, c'est-à-dire une cellule malade, n'a pas de point de référence par rapport au tout, ni par rapport à elle-même. Une cellule malade manque d'harmonie et d'amour. Elle n'a absolument aucun point de référence par rapport au tout, par rapport à la personne individuelle. Par conséquent, elle détruit tout sur son passage en refusant de coo­pérer avec la cellule adjacente jusqu'au moment où elle détruit le tout et, par conséquent, se détruit elle-même.

Je viens de décrire la progression d'un cancer dans un corps. C'est un organisme qui n'a aucun point de référence par rapport au tout, qui ne coo­père pas avec les autres cellules, qui finit par tuer le tout, et par se tuer également dans ce processus. Étant donné que cette cellule n'a aucun point de référence par rapport au tout, elle s'engage sur un chemin qui la mène à sa propre destruction.

Changez maintenant votre centre d'attention et concentrez-vous sur le télescope. Commencez à regarder vers l'extérieur de cette cellule et imaginez le soi comme une seule cellule, parmi six milliards d'autres cellules, composant un corps plus vaste qu'on appelle l'humanité. La totalité que vous êtes fonctionne exactement comme une cellule. Vous avez de nombreuses composantes et quelque chose de mystérieux et d'invisible qui les relie - la même chose que Teilhard a décrite.

Si vous êtes l'univers, l'amour est votre synthétiseur universel. Lorsque vous, en tant que cellule unique, êtes composé de quelque chose d'autre que de bien-être ou d'harmonie intérieurs, vous êtes malade, et vous réagissez à l'égard des cellules qui vous sont adja­centes de la même façon qu'une cellule cancéreuse agit envers ses voisines. Vous refusez de coopérer; vous essayez plutôt d'avaler vos cellules voisines, ou de les détruire d'une manière agressive, ou encore de les juger insidieusement. C'est ainsi qu'un cancer social est presque identique à un cancer physique.

Quand un individu agit de façon destructrice vis-à-vis d'une autre personne, cela est attribuable au fait qu'il n'a pas de point de référence par rapport au tout. Comme il n'a pas le sentiment d'appartenir au tout, il agit de façon agressive face aux autres et finit par se détruire également. Nous commençons à comprendre comment un manque d'affinités entre les composantes de l'ensemble, ou un refus de penser en termes d'unicité, comment tout cela peut déclencher un cancer dans une cellule, ainsi que dans une société ».

Dr Wayne Dyer extrait du chapitre sur l'unicité dans le livre : «Il faut le croire pour le voir ».

Pour commander ce livre maintenant
Cliquez sur l'image







Dernière modification le 12/06/2012

Conception db-webservice.net motorisé par ZitePlus 0.9.5